fbpx

l’interview de Jonathan Loyarte, Directeur du Service des Sports de Mérignac

Jonathan LOYARTE, Directeur du Service des Sports de Mérignac

 

SAM MAG : Jonathan, bonjour
Tout d’abord, quel est votre parcours avant de rejoindre les services de la ville de Mérignac il y a déjà 8 mois ?

Jl : Je suis fonctionnaire territorial depuis 15 ans. J’ai été successivement directeur des sports d’une ville de Fontenay aux roses 25 000 habitants (92) puis à Ivry sur Seine 56000 habitants (94) puis à Colombes 90 000 habitants (92) et juste avant Mérignac, pendant 5 ans directeur adjoint des sports à la ville de Rennes 210 000 habitants (35) .
Mon cursus de formation est double puisque je dispose d’une formation universitaire juridique (maîtrise droit public) mais aussi sportive (pratique football au niveau national amateur et BEES 1er degré).

‘‘le sport en général et local en particulier est multiple et de plus en plus diversifié dans ses codes, usages, motivations, structuration…’’

 

Votre premier regard sur le sport à Mérignac ?

Il est toujours difficile de livrer une analyse pertinente sur la réalité de la vie sportive locale après seulement 8 mois même quand on est en responsabilité sur la gestion des équipements sportifs entre autres.
En effet, le sport en général et local en particulier est multiple et de plus en plus diversifié dans ses codes, usages, motivations, structuration…
Sur le plan de la vie associative et la pratique plutôt « fédérale », elle se structure autour de quelques associations « phares » dont le SAM qui, de fait, incarne et représente le partenaire principal, compte tenu de sa taille, ses activités et projets mais aussi de sa professionnalisation.
La dynamique et le potentiel sont indéniables mais doivent être accompagnés notamment par la ville au regard d’enjeux et défis importants pour appréhender le plus efficacement possible un virage important découlant notamment de nouvelles contraintes et la raréfaction des moyens publics, de la mutation des pratiques et de l’environnement institutionnel et administratif mais aussi des projections démographiques et économiques de la ville.

En termes de plan d’action, quelles sont vos priorités ?

Mes priorités tournent principalement autour de 2 axes « internes et externes » :
Un travail de fond peu visible mais fondamental portant sur l’organisation, le management et la professionnalisation de la Direction des sports, mission structurée autour de la feuille de route municipale et du projet de direction voté récemment en CTP.
En « externe » une impulsion et une approche visant à construire progressivement un partenariat plus solide, plus concerté plus transparent et plus équilibré, voire constructif entre la ville et les associations mais aussi les toutes les autres catégories d’usagers dont les besoins se développent également (scolaires, grand public…) ; au-delà, asseoir davantage la légitimité de la Direction des sports et ses agents aux yeux de certains partenaires dans l’intérêt général. J’aime à penser que celui-ci n’est pas la somme des intérêts particuliers.

Très dépendant des infrastructures de Mérignac, le SAM, vous le savez, a beaucoup d’attentes sur l’extension et l’amélioration des équipements : pouvez-vous faire le point en ce début d’année ?

La politique d’investissements sur le patrimoine sportif relève des élus et en particulier de Mme Saint Marc. Bien que le stade nautique d’intérêt métropolitain mobilisera beaucoup de notre temps, moyens et forces sur ce mandat, cette politique est ambitieuse et a d’ores et déjà défini une stratégie cohérente, plus claire et lisible autour d’un diagnostic bientôt finalisé et de la construction partagée d’un « schéma directeur des équipement sportif » pour les prochaines années. Cela renforcera la qualité de l’aide à la décision politique en toute transparence vis-à-vis des besoins des divers publics et usagers sportifs et dans la limite de choix que nous nous attacherons à porter, assumer et expliquer du mieux possible.
Cela permettra aux services que je manage de structurer son travail au quotidien et de mettre en œuvre en lien étroit avec les divers protagonistes du sport local la réalisation de celui-ci sans jamais occulter la maintenance et l’entretien courant de ce patrimoine objectivement vieillissant et parfois vétuste.
Toutefois, nous avons aussi la chance de disposer de très beaux outils de travail avec notamment les stades Cruchon, Brettes et du Jard.

Depuis quelques semaines, des réunions thématiques se tiennent entre la Ville et le SAM : vos réactions à ce travail commun ?

Je me félicite de cette initiative de Mme Saint Marc. Je partageais l’idée de définir et mettre en œuvre en concertation étroite institutionnalisée avec le SAM de la même manière qu’avec d’autres associations sportives d’ailleurs avec des modalités adaptées.
Je suis confiant quant à l’idée que cela puisse aboutir au moins à de meilleures connaissances quant à nos objectifs, projets , contraintes et intérêts respectifs souvent convergents.
En outre, cela pourra contribuer à guider la ville dans une partie de ses choix à venir en termes de politique sportive notamment sur les investissements à mener mais aussi les champs de l’animation sportive et de la cohésion sociale vis-à-vis des besoins de publics spécifiques.

‘‘je forme également le vœu que  l’accès à la pratique notamment sur nos équipements soit le plus démocratique et rationnelle possible’’

 

Nous parlons de sport, est ce indiscret de vous demander votre pratique personnelle ?

J’ai été footballeur à divers degrés et niveaux pendant quasi 35 ans mais je pratique depuis ma prime jeunesse, le surf, le tennis et la boxe française. Mes responsabilités professionnelles et les stigmates d’une pratique intensive et traumatisante comme le football m’ont empêché de pratiquer aussi assidûment ces dernières années mais je m’y remets tranquillement environ 3 fois par semaine…
Pour conclure, en cette période de vœux, que peut on vous souhaiter pour 2017 ?

VET1005301

Une bonne santé déjà et puis bien évidemment que les projets en cours se poursuivent , progressent et pour certains se concrétisent , je pense, par exemple, à la maison du SAM, au stade nautique ou à la réhabilitation du gymnase Herriot (même si nous sommes sur des démarches pluriannuelles) ; je forme également le vœu que l’accès à la pratique notamment sur nos équipements soit le plus démocratique et rationnelle possible.
Enfin, que les effets de la mutualisation soient « digérés » et que nos modes de faire se modernisent et se fluidifient, que certaines habitudes évoluent tranquillement dans le dialogue et la concertation du côté de l’administration comme des acteurs et partenaires.

SAM MAG : Jonathan, merci beaucoup et excellente année 2017 !!!

Le Sport Athlétique Mérignacais (S.A.M) est un club omnisports, créé le 4 février 1972. De la pratique individuelle aux sports d’équipes, de l’activité de loisir à la compétition de haut niveau, le SAM propose un grand choix d’activités sportives.

Interviews et portraits Tir à l'arc

A Lire Également